Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 11 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Déplier Fermer Ech'eau d'ailleurs

Derniers billets
Archives
07-2019 Août 2019
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Brèves d'eau

Saintes: La commission des services publics rallie une majorité de voix contre une gestion future en régie intéressée. 01/12  -  par Maurice

18 janvier 2012

Saintes: La commission des services publics rallie une majorité de voix contre une gestion future en régie intéressée.

Saintes
Quatre avis défavorables
La commission des services publics rallie une majorité de voix contre une gestion future en régie intéressée.

Les représentants associatifs siégeant dans cette commission. (PHOTO D. P.)

                                                            
Réunie en mairie, la commission consultative des services publics locaux était conviée, hier après-midi, à émettre un avis - et simplement un avis - sur le mode futur de gestion des services d'eau et d'assainissement à Saintes au-delà du 31 décembre 2013. L'actuelle délégation de service public (DSP) passée avec Véolia s'achevant à cette date.

Un fonctionnement en régie intéressée a été présenté lors du conseil municipal du 16 décembre. Les élus saintais auront à se prononcer le lundi 13 février. Formellement, la commission consultative devait émettre un avis avant le vote du conseil municipal.

Un service de l'eau a été créé
Cette commission est composée de quatre élus - Frédéric Mahaud, Annie Delaï Mettas, Catherine Dhenne et Jean-Louis Peton - et de quatre représentants associatifs : Gaëtan Loubignac (Attac 17), Alain Coudin (Indecosa CGT), Élisabeth Cerf (Afoc) et Bernadette Métayer (Confédération du logement et du cadre de vie).

Le débat sur la future gestion de l'eau étant engagé depuis des mois, aucun argument vraiment nouveau n'a été apporté lors de cette réunion. Directeur de l'activité eau et assainissement au sein du cabinet Service Public 2000, mandaté par la Ville pour l'accompagner dans ses choix, Nicolas Crinquant énuméra les différents modes de gestion possibles. Il insista sur les huit objectifs fixés par les élus saintais, dont la mise en œuvre d'une politique sociale de l'eau et la maîtrise des prix de l'eau et des services. Il souligna les contrôles des circuits financiers que permet la régie intéressée : « La collectivité se retrouve au centre de la rémunération. »

« Le challenge est de retrouver une expertise interne en termes de contrôles. En décembre, la Ville a créé un service de l'eau et de l'assainissement. La régie intéressée est une étape. Passer directement en régie municipale n'était pas possible », a rappelé Frédéric Mahaud.

Mais les arguments de l'adjoint au maire délégué à la prospective n'ont pas convaincu les partisans d'une régie municipale. « La régie intéressée affaiblira encore le service public », a asséné Gaëtan Loubignac (Attac 17). « L'eau n'est pas une marchandise. Nous refusons toute alternative à une régie publique qui ne serait que maquillage d'une DSP », a martelé Alain Coudin (Indecosa CGT).

Tous deux ont émis un avis défavorable à la gestion en régie intéressée, de même qu'Élisabeth Cerf (AFOC) militant, elle aussi, pour une régie publique directe. Élu PS, Jean-Louis Peton s'est rallié au camp des « contre » alors qu'il s'était abstenu au conseil municipal du 16 décembre.

Avec une majorité de quatre voix défavorables (1), la commission consultative des services publics locaux a donc rejeté la gestion en régie intéressée. La position comblera l'association Eaux Secours Services Publics 17 militant pour un retour en régie municipale directe. Mais ce vote ne constituait qu'un avis consultatif.

Dominique Paries

(1) Bernadette Métayer (CLCV) s'est abstenue ; Frédéric Mahaud, Annie Delaï-Mettas et Catherine Dhenne ont voté pour.

Saintes · Charente-Maritime

18 janvier 2012

Saintes: La commission des services publics rallie une majorité de voix contre une gestion future en régie intéressée.

Saintes
Quatre avis défavorables
La commission des services publics rallie une majorité de voix contre une gestion future en régie intéressée.

Les représentants associatifs siégeant dans cette commission. (PHOTO D. P.)

                                                            
Réunie en mairie, la commission consultative des services publics locaux était conviée, hier après-midi, à émettre un avis - et simplement un avis - sur le mode futur de gestion des services d'eau et d'assainissement à Saintes au-delà du 31 décembre 2013. L'actuelle délégation de service public (DSP) passée avec Véolia s'achevant à cette date.

Un fonctionnement en régie intéressée a été présenté lors du conseil municipal du 16 décembre. Les élus saintais auront à se prononcer le lundi 13 février. Formellement, la commission consultative devait émettre un avis avant le vote du conseil municipal.

Un service de l'eau a été créé
Cette commission est composée de quatre élus - Frédéric Mahaud, Annie Delaï Mettas, Catherine Dhenne et Jean-Louis Peton - et de quatre représentants associatifs : Gaëtan Loubignac (Attac 17), Alain Coudin (Indecosa CGT), Élisabeth Cerf (Afoc) et Bernadette Métayer (Confédération du logement et du cadre de vie).

Le débat sur la future gestion de l'eau étant engagé depuis des mois, aucun argument vraiment nouveau n'a été apporté lors de cette réunion. Directeur de l'activité eau et assainissement au sein du cabinet Service Public 2000, mandaté par la Ville pour l'accompagner dans ses choix, Nicolas Crinquant énuméra les différents modes de gestion possibles. Il insista sur les huit objectifs fixés par les élus saintais, dont la mise en œuvre d'une politique sociale de l'eau et la maîtrise des prix de l'eau et des services. Il souligna les contrôles des circuits financiers que permet la régie intéressée : « La collectivité se retrouve au centre de la rémunération. »

« Le challenge est de retrouver une expertise interne en termes de contrôles. En décembre, la Ville a créé un service de l'eau et de l'assainissement. La régie intéressée est une étape. Passer directement en régie municipale n'était pas possible », a rappelé Frédéric Mahaud.

Mais les arguments de l'adjoint au maire délégué à la prospective n'ont pas convaincu les partisans d'une régie municipale. « La régie intéressée affaiblira encore le service public », a asséné Gaëtan Loubignac (Attac 17). « L'eau n'est pas une marchandise. Nous refusons toute alternative à une régie publique qui ne serait que maquillage d'une DSP », a martelé Alain Coudin (Indecosa CGT).

Tous deux ont émis un avis défavorable à la gestion en régie intéressée, de même qu'Élisabeth Cerf (AFOC) militant, elle aussi, pour une régie publique directe. Élu PS, Jean-Louis Peton s'est rallié au camp des « contre » alors qu'il s'était abstenu au conseil municipal du 16 décembre.

Avec une majorité de quatre voix défavorables (1), la commission consultative des services publics locaux a donc rejeté la gestion en régie intéressée. La position comblera l'association Eaux Secours Services Publics 17 militant pour un retour en régie municipale directe. Mais ce vote ne constituait qu'un avis consultatif.

Dominique Paries

(1) Bernadette Métayer (CLCV) s'est abstenue ; Frédéric Mahaud, Annie Delaï-Mettas et Catherine Dhenne ont voté pour.

Saintes · Charente-Maritime

Fermer Fermer

Publié le 15/04/2016 15:42   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  486908 visiteurs
  17 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 11 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
10 Abonnés