Blog - Brèves d'eau

Nombre de membres 11 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Déplier Fermer Ech'eau d'ailleurs

Derniers billets
Archives
05-2019 Juin 2019
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Brèves d'eau

Le vieux Rhône retrouve de la profondeur 02/12  -  par Maurice

17 février 2012

Le vieux Rhône retrouve de la profondeur

Milieux aquatiques                                  

Le vieux Rhône retrouve de la profondeur 2012-02-15

Mi-février 2012, des travaux de restauration écologique d’une lône, un bras secondaire du vieux Rhône, ont été engagés dans le cadre du plan Rhône. Objectif : une mise en eau des lônes beaucoup plus fréquente et la restauration d’habitats pour les espèces remarquables.


Les lônes ont été comblées au fil des années en raison des aménagements mis en place sur le fleuve, et en particulier des barrages hydroélectriques. Ces derniers ont réduit le débit dans le lit historique du fleuve de 1000 m3/seconde à 10 ou 20 m3/seconde, diminuant le charriage des sédiments et provoquant leur accumulation tant dans le lit principal que dans les bras secondaires.


De 4 à 100 jours en eau L’objectif des travaux sur la lône dite du Noyer, située près de Péage-du-Roussillon, est d’extraire près de 10 000 m3 de sédiments accumulés dans cette lône afin de "recréer une lône courante avec des profils diversifiés et des milieux de vie intéressants pour les espèces remarquables, comme des  amphibiens ou des libellules", explique Patrice Pautrat, chargé de mission à l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse (AE RM&C). L’eau devrait revenir dans la lône quelque cent jours par an, contre moins d’une dizaine aujourd’hui.

526 000 €
C'est le début des travaux de restauration écologique entrepris sur le fleuve dans le cadre du premier contrat de projet du plan Rhône (2007-2013). Ce dernier a fait de la restauration du tronçon de 12 km situé entre Peyraud et Salaise-sur-Sanne, où se trouve la lône du Noyer, un objectif prioritaire. L’opération, hors études, coûtera 526 000  € - sur un budget total du plan Rhône de 680 millions d’euros. Les travaux seront financés à 60% par la région grâce à des fonds européens Feder. 15% seront apportés par l’AE RM&C, 20% par la Compagnie nationale du Rhône (qui exploite la centrale hydroélectrique de Sablons située sur ce tronçon et qui assure le rôle de maître d’ouvrage du projet), 5% par le Syndicat mixte du Rhône court-circuité Loire Ardèche Isère Drôme.


Augmentation du débit réservé
Une autre lône située sur le même tronçon du fleuve devrait faire l’objet de travaux similaires à l’hiver 2012-2013, et des projets sont lancés pour une dizaine d’autres lônes. "Cette restauration entre dans un projet plus global. Ainsi, en 2014, sur ce secteur le vieux Rhône recevra un débit réservé de 50 à 125 m3/seconde, contre 10 à 20 m3/seconde aujourd’hui. Dans le même temps, une restauration de la continuité piscicole est engagée sur le seuil de Peyraud", détaille Patrice Pautrat. Autant de projets qui contribuent à la trame verte et bleue de la région.


Crédits de l'illustration : Patrice Pautrat, AE RM&C

© Tous droits réservés - Groupe Environnement Magazine - Victoires Editions
http://www.environnement-magazine.fr

17 février 2012

Le vieux Rhône retrouve de la profondeur

Milieux aquatiques                                  

Le vieux Rhône retrouve de la profondeur 2012-02-15

Mi-février 2012, des travaux de restauration écologique d’une lône, un bras secondaire du vieux Rhône, ont été engagés dans le cadre du plan Rhône. Objectif : une mise en eau des lônes beaucoup plus fréquente et la restauration d’habitats pour les espèces remarquables.


Les lônes ont été comblées au fil des années en raison des aménagements mis en place sur le fleuve, et en particulier des barrages hydroélectriques. Ces derniers ont réduit le débit dans le lit historique du fleuve de 1000 m3/seconde à 10 ou 20 m3/seconde, diminuant le charriage des sédiments et provoquant leur accumulation tant dans le lit principal que dans les bras secondaires.


De 4 à 100 jours en eau L’objectif des travaux sur la lône dite du Noyer, située près de Péage-du-Roussillon, est d’extraire près de 10 000 m3 de sédiments accumulés dans cette lône afin de "recréer une lône courante avec des profils diversifiés et des milieux de vie intéressants pour les espèces remarquables, comme des  amphibiens ou des libellules", explique Patrice Pautrat, chargé de mission à l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse (AE RM&C). L’eau devrait revenir dans la lône quelque cent jours par an, contre moins d’une dizaine aujourd’hui.

526 000 €
C'est le début des travaux de restauration écologique entrepris sur le fleuve dans le cadre du premier contrat de projet du plan Rhône (2007-2013). Ce dernier a fait de la restauration du tronçon de 12 km situé entre Peyraud et Salaise-sur-Sanne, où se trouve la lône du Noyer, un objectif prioritaire. L’opération, hors études, coûtera 526 000  € - sur un budget total du plan Rhône de 680 millions d’euros. Les travaux seront financés à 60% par la région grâce à des fonds européens Feder. 15% seront apportés par l’AE RM&C, 20% par la Compagnie nationale du Rhône (qui exploite la centrale hydroélectrique de Sablons située sur ce tronçon et qui assure le rôle de maître d’ouvrage du projet), 5% par le Syndicat mixte du Rhône court-circuité Loire Ardèche Isère Drôme.


Augmentation du débit réservé
Une autre lône située sur le même tronçon du fleuve devrait faire l’objet de travaux similaires à l’hiver 2012-2013, et des projets sont lancés pour une dizaine d’autres lônes. "Cette restauration entre dans un projet plus global. Ainsi, en 2014, sur ce secteur le vieux Rhône recevra un débit réservé de 50 à 125 m3/seconde, contre 10 à 20 m3/seconde aujourd’hui. Dans le même temps, une restauration de la continuité piscicole est engagée sur le seuil de Peyraud", détaille Patrice Pautrat. Autant de projets qui contribuent à la trame verte et bleue de la région.


Crédits de l'illustration : Patrice Pautrat, AE RM&C

© Tous droits réservés - Groupe Environnement Magazine - Victoires Editions
http://www.environnement-magazine.fr

Fermer Fermer

Publié le 16/04/2016 07:11   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  439119 visiteurs
  1 visiteur en ligne

  Nombre de membres 11 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
10 Abonnés