En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 

Blog - La bande à bonne'eau


 4 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!

Débat à Molagnies: « l'eau doit être publique » 09/12  -  par   Maurice

26 septembre  2012

Débat à Molagnies: « l'eau doit être publique »

L'eau du robinet est très polluée à Gournay en Bray

Débat à Molagnies: « l'eau doit être publique »

Publié le mercredi 26 septembre 2012 à 08H00

MOLAGNIES. Un débat avec Jean-Luc Touly, spécialiste de l'eau, à la Fondation Danielle Mitterrand.

Jean-Luc Touly était l'invité de Michel Chardel (à d.)

Michel Chardel, président de l'association des usagers ordinaires et services publics, a invité Jean-Luc Touly, directeur de l'eau à la Fondation Danielle Mitterrand France Libertés, pour animer une réunion publique sur le thème du service public de l'eau.
L'intervenant a notamment expliqué qu'en France, le maire a beaucoup de pouvoirs en ce qui concerne le choix du délégataire privé du service public de l'eau.
Concernant la qualité de l'eau, 65 paramètres sont contrôlés, souligne Jean-Luc Touly, qui regrette : « Les préfets donnent trop facilement des dérogations pour dépasser les normes… »

« Reprendre la main »

Le maire est tenu d'informer les administrés par voie d'affichage sur ces dépassements des normes de potabilité de l'eau.
Le responsable de la Fondation Danielle Mitterrand milite pour une reprise en main de la gestion de l'eau : « Il faut une volonté continue de la part des élus pour reprendre la main face aux entreprises privées comme Veolia, Suez et la Saur. Malheureusement souvent, les élus signent des contrats de très longue durée avec ces multinationales… »
Il enfonce le clou : « Les maires devraient avoir plus de réponses sur la justification des charges, par exemple à la rubrique personnelle. »
Jean-Luc Touly estime que les élus ne doivent pas être dupes : « Ils peuvent sortir du système d'affermage et opter pour un autre système, comme la régie publique. C'est plus facile lorsque l'on a un syndicat de taille importante… »
Guy Pessy, membre de l'association rurale brayonne pour le respect de l'environnement a conclu : « L'eau est un bien commun, elle ne doit appartenir à personne ! »

Compte rendu complet de la réunion fait par JL Touly et M Chardel
C’est du moins ce qu’affirme Michel Chardel , président de
l’association des usagers ordinaires et services publics .Le magazine
QUE CHOISIR après une enquête du 22 mars 2012, donne un rapport
accablant sur l’eau qui coule de notre robinet dont la qualité est
qualifiée de très mauvaise à cause des pesticides qui y sont
contenus, soit plus de 75% d’analyses non-conformes, notamment
l’atrazine qui dépasse de 10% la norme autorisée
Michel Chardel a donc fait appel à Jean-Luc Touly, directeur de l’eau
de la Fondation Danielle Mitterrand France Libertés créée en 1986, pour une
réunion publique qui a eu lieu le 19 septembre à Molagnies à proximité de
Gournay en Bray, afin d’informer la population, et d’expliquer un peu le
fonctionnement des entreprises privées.
_Il faut savoir qu’en France, le maire à beaucoup de pouvoirs notamment quant
au
choix du délégataire privé du service public de l'eau, et qu’il élabore le
rapport annuel sur la qualité et le prix de l'eau et de l'assainissement à
partir du rapport de Veolia :
"on constate entre autres l'absence de produits
financiers; des frais de personnel importants et en nette augmentation, des
frais de siège injustifiés explique Jean Luc Touly._
Concernant la qualité de l'eau, 65 paramètres sont contrôlés, mais pas les
antibiotiques, les
lobbistes influent souvent et les préfets donnent trop facilement des
dérogations_
Le maire est tenu d’informer les administrés par voie d'affichage des dépassements des normes de potabilité dans l’eau et la question a été posée
à 2 élus présents: le faites-vous dans le syndicat de Ferrières -Gournay ?
(demandes faites à Michel Vittecoq vice président du syndicat Gournay-
Ferrières et Gilbert Varin membre dudit syndicat).présents_
« On n’est pas là pour répondre rétorque Michel Vittecoq face à
son interlocuteur surpris par cette réponse étonnante pour le moins
Il faut un peu de volonté continue JL Touly de la part des élus pour
reprendre la main au lieu de se laisser taxer un maximum par les
entreprises privées. Veolia ,Suez et la SAUR qui arnaquent les usagers à
travers la facture d'eau mais malheureusement souvent avec les élus signant
des contrats
de longue durée (10 à 20 ans) avec ces multinationales : à l'intérieur de
ces contrats étaient il y encore peu des droits d'entrée, véritables prêts,
que doivent payer les usagers avec des taux d'intérêt élevés sur la durée de
ces contrats
Le maire devrait avoir plus de clarté sur la lecture du rapport du
délégataire _
_ par exemple :_
_- la justification des charges, à la rubrique personnel._
_- A quoi et à qui correspond l’entretien des compteurs ( passe t-on un chiffon
à poussière) lorsque l’on sait qu’entre 12 et 15 ans ils sont
amortis,c’est assimilable à de l’escroquerie_
_- la contribution aux services centraux ????_
_- et où sont les produits financiers ?_
_- et ces résultats avant et après impôts négatifs ! comment une
entreprise peut-elle fonctionner à perte_
_Tout cela c’est une comptabilité analytique, qui n’a à voir que
de très loin avec la réalité_
_C’est aux élus de faire comprendre qu’ils ne sont pas dupes, et
ils verront qu’un avenant leur sera proposé, si cela n’est pas
concluant sortez de l’affermage, et optez pour un autre système,
régie ( 2 sortes de régies à autonomie financière et à personnalité morale).
Préparez votre sortie 2 ans à l’avance, c’est plus facile lorsque l’on a un
syndicat de taille
importante, pour les plus petits créer d’abord une régie
intersyndicale et procéder par étape_ensuite
Michel Chardel déplore que le président du syndicat de Gournay
Ferrières fasse de la rétention abusive de documents
On joue l’étonnement lorsque je réitère ma demande, et si
l’on me fournit des documents, il manque des pages, avec Emmanuel Broux,
président du syndicat d'eau de Bray Sud, à Bouchevilliers on a aussitôt ce
que l’on demande, avec Gournay l’on se fait virer._
_« Tu dois 19520€ d’eau à Gournay s’énerve GilbertVarin (membre
du syndicat de gournay) On hésite pas à couper l’eau à des gens qui
ont très peu de moyens et font l'effort de payer petit à petit, c’est un torchon ce
que tu fais._
Visiblement il y a un lourd contentieux entre Michel Chardel et le
syndicat d’eau de Gournay Ferrières
« C’est illégal de couper l’eau rétorque Michel Chardel
« L’eau en elle-même n’appartient à personne intervient Guy Pessy
de l’association l’ARBRE (pour la protection de la nature et
l’environnement) c’est un bien commun, les grand sites volent
l’eau à la planète car elle n’appartient à personne.
« _Que pensez-vous de la réforme territoriale demande Emmanuel Broux
président du Bray Sud_
_« Elle n’est pas encore finalisée (jl Touly)._
_Les petits syndicats d’eaux ne peuvent pas durer (E Broux) il y en a
96 en Hte Normandie, il faut réduire à 14 ou 18. Mais comment faire
lorsque les contrats d’affermage ne se terminent pas en même temps,
comment régler tous ces soucis financiers_
Jean Luc Touly fera parvenir des documents illustrants plusieurs cas de
figures concernant ce sujet à Emmanuel Broux, président du syndicat d'eau de Bray Sud

26 septembre  2012

Débat à Molagnies: « l'eau doit être publique »

L'eau du robinet est très polluée à Gournay en Bray

Débat à Molagnies: « l'eau doit être publique »

Publié le mercredi 26 septembre 2012 à 08H00

MOLAGNIES. Un débat avec Jean-Luc Touly, spécialiste de l'eau, à la Fondation Danielle Mitterrand.

Jean-Luc Touly était l'invité de Michel Chardel (à d.)

Michel Chardel, président de l'association des usagers ordinaires et services publics, a invité Jean-Luc Touly, directeur de l'eau à la Fondation Danielle Mitterrand France Libertés, pour animer une réunion publique sur le thème du service public de l'eau.
L'intervenant a notamment expliqué qu'en France, le maire a beaucoup de pouvoirs en ce qui concerne le choix du délégataire privé du service public de l'eau.
Concernant la qualité de l'eau, 65 paramètres sont contrôlés, souligne Jean-Luc Touly, qui regrette : « Les préfets donnent trop facilement des dérogations pour dépasser les normes… »

« Reprendre la main »

Le maire est tenu d'informer les administrés par voie d'affichage sur ces dépassements des normes de potabilité de l'eau.
Le responsable de la Fondation Danielle Mitterrand milite pour une reprise en main de la gestion de l'eau : « Il faut une volonté continue de la part des élus pour reprendre la main face aux entreprises privées comme Veolia, Suez et la Saur. Malheureusement souvent, les élus signent des contrats de très longue durée avec ces multinationales… »
Il enfonce le clou : « Les maires devraient avoir plus de réponses sur la justification des charges, par exemple à la rubrique personnelle. »
Jean-Luc Touly estime que les élus ne doivent pas être dupes : « Ils peuvent sortir du système d'affermage et opter pour un autre système, comme la régie publique. C'est plus facile lorsque l'on a un syndicat de taille importante… »
Guy Pessy, membre de l'association rurale brayonne pour le respect de l'environnement a conclu : « L'eau est un bien commun, elle ne doit appartenir à personne ! »

Compte rendu complet de la réunion fait par JL Touly et M Chardel
C’est du moins ce qu’affirme Michel Chardel , président de
l’association des usagers ordinaires et services publics .Le magazine
QUE CHOISIR après une enquête du 22 mars 2012, donne un rapport
accablant sur l’eau qui coule de notre robinet dont la qualité est
qualifiée de très mauvaise à cause des pesticides qui y sont
contenus, soit plus de 75% d’analyses non-conformes, notamment
l’atrazine qui dépasse de 10% la norme autorisée
Michel Chardel a donc fait appel à Jean-Luc Touly, directeur de l’eau
de la Fondation Danielle Mitterrand France Libertés créée en 1986, pour une
réunion publique qui a eu lieu le 19 septembre à Molagnies à proximité de
Gournay en Bray, afin d’informer la population, et d’expliquer un peu le
fonctionnement des entreprises privées.
_Il faut savoir qu’en France, le maire à beaucoup de pouvoirs notamment quant
au
choix du délégataire privé du service public de l'eau, et qu’il élabore le
rapport annuel sur la qualité et le prix de l'eau et de l'assainissement à
partir du rapport de Veolia :
"on constate entre autres l'absence de produits
financiers; des frais de personnel importants et en nette augmentation, des
frais de siège injustifiés explique Jean Luc Touly._
Concernant la qualité de l'eau, 65 paramètres sont contrôlés, mais pas les
antibiotiques, les
lobbistes influent souvent et les préfets donnent trop facilement des
dérogations_
Le maire est tenu d’informer les administrés par voie d'affichage des dépassements des normes de potabilité dans l’eau et la question a été posée
à 2 élus présents: le faites-vous dans le syndicat de Ferrières -Gournay ?
(demandes faites à Michel Vittecoq vice président du syndicat Gournay-
Ferrières et Gilbert Varin membre dudit syndicat).présents_
« On n’est pas là pour répondre rétorque Michel Vittecoq face à
son interlocuteur surpris par cette réponse étonnante pour le moins
Il faut un peu de volonté continue JL Touly de la part des élus pour
reprendre la main au lieu de se laisser taxer un maximum par les
entreprises privées. Veolia ,Suez et la SAUR qui arnaquent les usagers à
travers la facture d'eau mais malheureusement souvent avec les élus signant
des contrats
de longue durée (10 à 20 ans) avec ces multinationales : à l'intérieur de
ces contrats étaient il y encore peu des droits d'entrée, véritables prêts,
que doivent payer les usagers avec des taux d'intérêt élevés sur la durée de
ces contrats
Le maire devrait avoir plus de clarté sur la lecture du rapport du
délégataire _
_ par exemple :_
_- la justification des charges, à la rubrique personnel._
_- A quoi et à qui correspond l’entretien des compteurs ( passe t-on un chiffon
à poussière) lorsque l’on sait qu’entre 12 et 15 ans ils sont
amortis,c’est assimilable à de l’escroquerie_
_- la contribution aux services centraux ????_
_- et où sont les produits financiers ?_
_- et ces résultats avant et après impôts négatifs ! comment une
entreprise peut-elle fonctionner à perte_
_Tout cela c’est une comptabilité analytique, qui n’a à voir que
de très loin avec la réalité_
_C’est aux élus de faire comprendre qu’ils ne sont pas dupes, et
ils verront qu’un avenant leur sera proposé, si cela n’est pas
concluant sortez de l’affermage, et optez pour un autre système,
régie ( 2 sortes de régies à autonomie financière et à personnalité morale).
Préparez votre sortie 2 ans à l’avance, c’est plus facile lorsque l’on a un
syndicat de taille
importante, pour les plus petits créer d’abord une régie
intersyndicale et procéder par étape_ensuite
Michel Chardel déplore que le président du syndicat de Gournay
Ferrières fasse de la rétention abusive de documents
On joue l’étonnement lorsque je réitère ma demande, et si
l’on me fournit des documents, il manque des pages, avec Emmanuel Broux,
président du syndicat d'eau de Bray Sud, à Bouchevilliers on a aussitôt ce
que l’on demande, avec Gournay l’on se fait virer._
_« Tu dois 19520€ d’eau à Gournay s’énerve GilbertVarin (membre
du syndicat de gournay) On hésite pas à couper l’eau à des gens qui
ont très peu de moyens et font l'effort de payer petit à petit, c’est un torchon ce
que tu fais._
Visiblement il y a un lourd contentieux entre Michel Chardel et le
syndicat d’eau de Gournay Ferrières
« C’est illégal de couper l’eau rétorque Michel Chardel
« L’eau en elle-même n’appartient à personne intervient Guy Pessy
de l’association l’ARBRE (pour la protection de la nature et
l’environnement) c’est un bien commun, les grand sites volent
l’eau à la planète car elle n’appartient à personne.
« _Que pensez-vous de la réforme territoriale demande Emmanuel Broux
président du Bray Sud_
_« Elle n’est pas encore finalisée (jl Touly)._
_Les petits syndicats d’eaux ne peuvent pas durer (E Broux) il y en a
96 en Hte Normandie, il faut réduire à 14 ou 18. Mais comment faire
lorsque les contrats d’affermage ne se terminent pas en même temps,
comment régler tous ces soucis financiers_
Jean Luc Touly fera parvenir des documents illustrants plusieurs cas de
figures concernant ce sujet à Emmanuel Broux, président du syndicat d'eau de Bray Sud

Fermer

Publié le 19/04/2016 14:26   | |    |