En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 

Blog - La bande à bonne'eau


 4 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!

Veolia veut éviter de lancer un avertissement sur résultat 10/12  -  par   Maurice

21 octobre  2012

Veolia veut éviter de lancer un avertissement sur résultat

ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

Veolia veut éviter de lancer un avertissement sur résultat

Par Les Echos | 20/10 | 16:50 | mis à jour à 18:19
  

Dans une lettre adressée aux directeurs des pôles Eau, Propreté et Transports, Antoine Frérot évoque la perspective du versement d'une prime exceptionnelle s'ils parviennent à agir « sur le levier de la performance ». Objectif : éviter de lancer un avertissement sur le résultat 2012 malgré un environnement difficile.

AFP
AFP

Antoine Frérot, le PDG de Veolia Environnement, leader mondial des services à l'environnement, est confronté à double urgence. Celle du court terme, un désengagement partiel de Veolia-Transdev, et celle du très court terme, c'est-à-dire les résultats de l'exercice 2012. Au-delà du plan de cessions d'actifs sur deux ans lancé fin 2011 _ en France, il concerne Veolia-Transdev dans les transports collectifs _ Veolia doit tout faire, pour éviter de décevoir la Bourse en prenant le risque de lancer un avertissement sur son résultat de l'exercice en cours

C'est pourquoi, dans une lettre adressée en septembre dernier aux directeurs de ses trois grands pôles d'activité (Eau, Propreté et Transports), dont « les Echos » ont obtenu une copie (voir ci-dessous), M.Frérot (photo) a évoqué la perspective d'une« prime exceptionnelle » s'ils parviennent à agir « sur le levier de la performance à très court terme ». Cet impératif ne relève pas du même calendrier que celui des cessions envisagées. Ainsi par exemple, dans le dossier Veolia-Transdev, M.Frérot a jusqu'à fin décembre 2013 pour boucler l'opération et tenir ses engagements vis-à-vis des marchés.

Problème : à l'instar de ceux d'une majorité de « géants européens », les résultats trimestriels du groupe de services à l'environnement ont déçu les marchés. En août dernier, Veolia a annoncé le gel de 500 millions d'euros d'investissement en 2012 et 2013 et relevé ses objectifs de réduction de coûts pour s'adapter à un environnement économique particulièrement difficile en Europe.

 

Perspective négative

Une dégradation qui n'a pas échappé à la vigilance des agences de notations. Le 10 octobre dernier, l'agence de notation financière Standard & Poor's a revu à la baisse sa perspective de la note de crédit de Veolia Environnement (confirmée malgré tout à BBB+) de stable à négative. Motif  : « Les faibles conditions économiques et le risque d'exécution lié à l'important plan stratégique mis en place par le groupe pourraient nuire au redressement de sa trésorerie et empêcher l'amélioration de ses ratios de crédit à des niveaux en rapport avec ses notes au cours des 12 ou 24 prochains mois ». S&P ajoutait que les activités de traitement et de gestion de l'eau, elles aussi, sont confrontées à de faibles perspectives de développement dans les pays les plus avancés, où les municipalités font pression à la baisse sur les tarifs, et donc sur les marges du groupe.

21 octobre  2012

Veolia veut éviter de lancer un avertissement sur résultat

ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

Veolia veut éviter de lancer un avertissement sur résultat

Par Les Echos | 20/10 | 16:50 | mis à jour à 18:19
  

Dans une lettre adressée aux directeurs des pôles Eau, Propreté et Transports, Antoine Frérot évoque la perspective du versement d'une prime exceptionnelle s'ils parviennent à agir « sur le levier de la performance ». Objectif : éviter de lancer un avertissement sur le résultat 2012 malgré un environnement difficile.

AFP
AFP

Antoine Frérot, le PDG de Veolia Environnement, leader mondial des services à l'environnement, est confronté à double urgence. Celle du court terme, un désengagement partiel de Veolia-Transdev, et celle du très court terme, c'est-à-dire les résultats de l'exercice 2012. Au-delà du plan de cessions d'actifs sur deux ans lancé fin 2011 _ en France, il concerne Veolia-Transdev dans les transports collectifs _ Veolia doit tout faire, pour éviter de décevoir la Bourse en prenant le risque de lancer un avertissement sur son résultat de l'exercice en cours

C'est pourquoi, dans une lettre adressée en septembre dernier aux directeurs de ses trois grands pôles d'activité (Eau, Propreté et Transports), dont « les Echos » ont obtenu une copie (voir ci-dessous), M.Frérot (photo) a évoqué la perspective d'une« prime exceptionnelle » s'ils parviennent à agir « sur le levier de la performance à très court terme ». Cet impératif ne relève pas du même calendrier que celui des cessions envisagées. Ainsi par exemple, dans le dossier Veolia-Transdev, M.Frérot a jusqu'à fin décembre 2013 pour boucler l'opération et tenir ses engagements vis-à-vis des marchés.

Problème : à l'instar de ceux d'une majorité de « géants européens », les résultats trimestriels du groupe de services à l'environnement ont déçu les marchés. En août dernier, Veolia a annoncé le gel de 500 millions d'euros d'investissement en 2012 et 2013 et relevé ses objectifs de réduction de coûts pour s'adapter à un environnement économique particulièrement difficile en Europe.

 

Perspective négative

Une dégradation qui n'a pas échappé à la vigilance des agences de notations. Le 10 octobre dernier, l'agence de notation financière Standard & Poor's a revu à la baisse sa perspective de la note de crédit de Veolia Environnement (confirmée malgré tout à BBB+) de stable à négative. Motif  : « Les faibles conditions économiques et le risque d'exécution lié à l'important plan stratégique mis en place par le groupe pourraient nuire au redressement de sa trésorerie et empêcher l'amélioration de ses ratios de crédit à des niveaux en rapport avec ses notes au cours des 12 ou 24 prochains mois ». S&P ajoutait que les activités de traitement et de gestion de l'eau, elles aussi, sont confrontées à de faibles perspectives de développement dans les pays les plus avancés, où les municipalités font pression à la baisse sur les tarifs, et donc sur les marges du groupe.

Fermer

Publié le 19/04/2016 20:50   | |    |