En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 

Blog - La bande à bonne'eau


 4 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!

Les belles dépenses de voyage d'élus franciliens chargés de la gestion de l'eau. : 02/18  -  par   Maurice
13 février 2018

Les belles dépenses de voyage d'élus franciliens chargés de la gestion de l'eau. 

Les belles dépenses de voyage d'élus franciliens chargés de la gestion de l'eau
Studio 504/GettyImages

Le Canard Enchaîné épingle, dans son édition du mercredi 14 février, les dépenses du Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap). Et souligne les différentes affaires judiciaires qui plombent ce service public...

Voyager gratuitement à travers le monde et déjeuner dans de luxueux restaurants… Un rêve ? Il pourrait en tout cas être réalisé si vous travailliez au Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap), d’après le Canard Enchaîné. Ce service public s’occupe du transport et de la dépollution des eaux de la petite couronne et de 180 communes franciliennes. Et ses administrateurs et salariés seraient particulièrement bien traités, à en croire les informations du journal, publiées dans son édition datée du 14 février.

Selon le Canard, les voyages tous frais payés sont très courants. Le 17 mars prochain, une dizaine de fonctionnaires et treize élus (7 LR, 3 PC, 1 UDI, 1 MoDem et 1 écolo) devraient s’envoler pour Brasilia où ils passeraient huit jours dans le cadre du 8e Forum mondial de l’eau. Or, cet événement n’est pas exceptionnel. Le Canard cite la Semaine mondiale de l’eau, organisée chaque année à Stockholm, le Congrès mondial de l’eau, dont la dernière édition se tenait au printemps dernier à Cancun, au Mexique, le Forum mondial de l’eau, qui avait lieu en 2015 à Daegu, en Corée du Sud, ou encore les COP (à Lima, Varsovie, Doha…). A chaque fois, une délégation du Siaap aurait été envoyée.

Le président de la commission coopération, Patrick Trémège, conseiller LR de Paris, serait par exemple un sacré baroudeur. Voici son planning, selon le Canard : Laos en décembre, Djibouti du 2 au 16 janvier, Comores du 17 au 22 janvier, Cuba du 8 au 16 février, Madagascar du 18 février au 8 mars et enfin, Brasilia à partir du 17 mars. Vaste programme !

>> Lire aussi - Arrangements entre élus et gestionnaires : le scandale du prix de l'eau

“Les 2,4 millions annuellement consacrés par le Siaap à la coopération sont largement siphonnés pour payer ces petites virées, dont le coût réel est tenu secret”, note le Canard. Les voyages ne sont pas le seul avantage. Le Siaap dépenserait en effet 280.000 euros par an de frais de réception, pour inviter les bonnes relations des dirigeants dans les plus beaux restaurants. De belles dépenses comparées aux 500 millions d’euros de recettes annuelles dont profite ce service public. D’autant que ce Syndicat ne semble pas si bien géré. Le Canard énumère plusieurs affaires judiciaires : une histoire d’emplois fictifs en 2003, un appel d’offres truqué en 2010 et une enquête toujours ouverte depuis 2013 auprès du parquet national financier pour corruption, trafic d’influence, prise illégale d’intérêt, détournement de fonds publics, abus de biens sociaux...

13 février 2018

Les belles dépenses de voyage d'élus franciliens chargés de la gestion de l'eau. 

Les belles dépenses de voyage d'élus franciliens chargés de la gestion de l'eau
Studio 504/GettyImages

Le Canard Enchaîné épingle, dans son édition du mercredi 14 février, les dépenses du Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap). Et souligne les différentes affaires judiciaires qui plombent ce service public...

Voyager gratuitement à travers le monde et déjeuner dans de luxueux restaurants… Un rêve ? Il pourrait en tout cas être réalisé si vous travailliez au Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap), d’après le Canard Enchaîné. Ce service public s’occupe du transport et de la dépollution des eaux de la petite couronne et de 180 communes franciliennes. Et ses administrateurs et salariés seraient particulièrement bien traités, à en croire les informations du journal, publiées dans son édition datée du 14 février.

Selon le Canard, les voyages tous frais payés sont très courants. Le 17 mars prochain, une dizaine de fonctionnaires et treize élus (7 LR, 3 PC, 1 UDI, 1 MoDem et 1 écolo) devraient s’envoler pour Brasilia où ils passeraient huit jours dans le cadre du 8e Forum mondial de l’eau. Or, cet événement n’est pas exceptionnel. Le Canard cite la Semaine mondiale de l’eau, organisée chaque année à Stockholm, le Congrès mondial de l’eau, dont la dernière édition se tenait au printemps dernier à Cancun, au Mexique, le Forum mondial de l’eau, qui avait lieu en 2015 à Daegu, en Corée du Sud, ou encore les COP (à Lima, Varsovie, Doha…). A chaque fois, une délégation du Siaap aurait été envoyée.

Le président de la commission coopération, Patrick Trémège, conseiller LR de Paris, serait par exemple un sacré baroudeur. Voici son planning, selon le Canard : Laos en décembre, Djibouti du 2 au 16 janvier, Comores du 17 au 22 janvier, Cuba du 8 au 16 février, Madagascar du 18 février au 8 mars et enfin, Brasilia à partir du 17 mars. Vaste programme !

>> Lire aussi - Arrangements entre élus et gestionnaires : le scandale du prix de l'eau

“Les 2,4 millions annuellement consacrés par le Siaap à la coopération sont largement siphonnés pour payer ces petites virées, dont le coût réel est tenu secret”, note le Canard. Les voyages ne sont pas le seul avantage. Le Siaap dépenserait en effet 280.000 euros par an de frais de réception, pour inviter les bonnes relations des dirigeants dans les plus beaux restaurants. De belles dépenses comparées aux 500 millions d’euros de recettes annuelles dont profite ce service public. D’autant que ce Syndicat ne semble pas si bien géré. Le Canard énumère plusieurs affaires judiciaires : une histoire d’emplois fictifs en 2003, un appel d’offres truqué en 2010 et une enquête toujours ouverte depuis 2013 auprès du parquet national financier pour corruption, trafic d’influence, prise illégale d’intérêt, détournement de fonds publics, abus de biens sociaux...

Fermer

Publié le 15/02/2018 22:31   | |    |