En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 

Blog - Brèves d'eau


 5 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!

Anne Le Strat à la présidence du comité de bassin de l'agence de l'eau Seine-Normandie pour 3 ans 10/11  -  par   Maurice

5 octobre 2011

Anne Le Strat à la présidence du comité de bassin de l’agence de l’eau Seine-Normandie pour 3 ans

Politique de l’eau

Révolution au comité de bassin Seine-Normandie

3 octobre 2011

Le 28 septembre dernier, l’élection d’Anne Le Strat à la présidence du comité de bassin de l’agence de l’eau Seine-Normandie pour 3 ans a sonné comme une véritable petite révolution dans le monde de l’eau.

En ravissant la place occupée depuis 2005 par André Santini, maire (Nouveau centre) d’Issy Les Moulineaux, la présidente d’Eau de Paris, a fait trembler l’institution. Cela s’est d’ailleurs joué à peu (73 voix contre 69) pour l’adjointe au maire de Paris (apparentée PS) en charge de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des canaux qui a rassemblé les voix des collectivités majoritairement de gauche, des associations environnementales, de certains agriculteurs et de pêcheurs. Anne Le Strat n’a pas hésité à parler de la victoire « du camp mobilisé sur les questions environnementales ». André Santini, également président du Sedif, disposait sans surprise du soutien des grands groupes de l’eau, Suez Environnement, Veolia qui s’est vu attribué en 2010 le renouvellement de la délégation de service public du Sedif, de la majorité des agriculteurs et de la FNSEA.

Un poste stratégique

A la tête du comité de bassin Seine-Normandie, Anne Le Strat acquiert un poste clé. L’agence de l’eau Seine-Normandie pèse de loin le plus lourd parmi les six agences, avec un territoire de  16 millions d’habitants et un budget de 900 millions d’euros. Dans les motivations qui l’ont conduite à se présenter, l’élue parisienne a notamment exprimer son désir de faire du comité de bassin un véritable parlement de l’eau et de réussir à concilier deux problématiques jusqu’à maintenant opposées : la préservation des ressources en eau et la politique agricole. L’entrée en scène de la présidente d’Eau de Paris qui a piloté avec succès la remunicipalisation de l’eau sur la capitale représente déjà un véritable symbole de changement.

Pour en savoir plus :

Environnement Online

Crédits de l'illustration : DR

5 octobre 2011

Anne Le Strat à la présidence du comité de bassin de l’agence de l’eau Seine-Normandie pour 3 ans

Politique de l’eau

Révolution au comité de bassin Seine-Normandie

3 octobre 2011

Le 28 septembre dernier, l’élection d’Anne Le Strat à la présidence du comité de bassin de l’agence de l’eau Seine-Normandie pour 3 ans a sonné comme une véritable petite révolution dans le monde de l’eau.

En ravissant la place occupée depuis 2005 par André Santini, maire (Nouveau centre) d’Issy Les Moulineaux, la présidente d’Eau de Paris, a fait trembler l’institution. Cela s’est d’ailleurs joué à peu (73 voix contre 69) pour l’adjointe au maire de Paris (apparentée PS) en charge de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des canaux qui a rassemblé les voix des collectivités majoritairement de gauche, des associations environnementales, de certains agriculteurs et de pêcheurs. Anne Le Strat n’a pas hésité à parler de la victoire « du camp mobilisé sur les questions environnementales ». André Santini, également président du Sedif, disposait sans surprise du soutien des grands groupes de l’eau, Suez Environnement, Veolia qui s’est vu attribué en 2010 le renouvellement de la délégation de service public du Sedif, de la majorité des agriculteurs et de la FNSEA.

Un poste stratégique

A la tête du comité de bassin Seine-Normandie, Anne Le Strat acquiert un poste clé. L’agence de l’eau Seine-Normandie pèse de loin le plus lourd parmi les six agences, avec un territoire de  16 millions d’habitants et un budget de 900 millions d’euros. Dans les motivations qui l’ont conduite à se présenter, l’élue parisienne a notamment exprimer son désir de faire du comité de bassin un véritable parlement de l’eau et de réussir à concilier deux problématiques jusqu’à maintenant opposées : la préservation des ressources en eau et la politique agricole. L’entrée en scène de la présidente d’Eau de Paris qui a piloté avec succès la remunicipalisation de l’eau sur la capitale représente déjà un véritable symbole de changement.

Pour en savoir plus :

Environnement Online

Crédits de l'illustration : DR

Fermer

Publié le 15/04/2016 11:20   | |    |