Blog - CACE

Nombre de membres 11 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Loi et Texte officiels

Déplier Fermer Intercommunalité

Déplier Fermer Brèves d'eau

Déplier Fermer Enquêtes

Déplier Fermer La bande à bonne'eau

Déplier Fermer CACE

Déplier Fermer Trucs & Astuces Eau

Déplier Fermer Vayrana Inf'Eau

Déplier Fermer Ech'eau d'ailleurs

Derniers billets
Archives
10-2019 Novembre 2019
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
CACE

L'état pompe les budgets des agences de l'eau: le personnel se met en grève. 09/17  -  par Maurice

29 septembre 2017

L'état pompe les budgets des agences de l'eau: le personnel se met en grève.

APRES LES AGENCES DE L’EAU, AU TOUR DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

D’ÊTRE PONCTIONNEES DE PARTIES IMPORTANTES DES DOTATIONS DE L’ETAT EN COMPENSATION DES COÛTS DES TRANSFERTS

DE COMPETENCES IMPOSEES PAR CE MÊME ETAT AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES

La CACE dénonce depuis plusieurs années les ponctions effectuées par l’Etat sur les provisions faites par les Agences de l’Eau pour financer les travaux et les aides qu’elles avaient budgétées pour réaliser leurs programmes pluriannuels.

Suite à ces ponctions, certaines de ces réalisations qui résultaient justement de certains des transferts de compétences déjà évoqués, devront être annulées. C’est gravissime d’autant que cela devient une habitude.

Mais il y a plus grave car on constate que ces pratiques s’étendent aux dotations de l’Etat aux collectivités territoriales (communes , intercommunalités, …) qui se voient amputées arbitrairement des capitaux promis en compensation des coûts des transferts de compétences correspondants imposées par l’Etat à ces collectivités. Voir pièce jointe.

Les Maires et Présidents de collectivité se révoltent. Il faut les soutenir et appuyer leur revendications car au-delà de ces ponctions arbitraires résultant d’un abus de pouvoir inacceptable, c’est notre argent de contribuables des impôts locaux qui nous est extorqué.

JL LINOSSIER CACE

C’est visiblement la goutte d’eau de trop. Celle qui a déclenché un mouvement de grève au sein de l’ensemble des agences de l’eau françaises, particulièrement suivi dans la région de l’agence Adour-Garonne, où l’on dénombrait un taux élevé de 78% de grévistes parmi les 250 salariés. En cause, les coupes dans le budget des agences de l’eau, annoncées par le ministre Nicolas Hulot.

Parmi les mesures prévues, une ponction des recettes qui pourrait attendre les 200 millions, et une mise à contribution des agences de l’eau pour financer le budget de la nouvelle agence française de la biodiversité, ainsi que de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Soit au total plus de 400 millions d’euros en moins, environ 20 % du budget total. Et surtout, la fin du grand principe qui prévalait jusque-là : l’eau paie l’eau, les agences étant financées par une taxe prélevée sur la facture d’eau des Français, elles-mêmes finançant les travaux en matière de gestion et de protection de l’eau sur leur territoire.

Pour le principal syndicat, le SNE-FSU, «une baisse significative des effectifs» est également annoncée, qui ramènerait «les effectifs 2018 de l’agence Adour-Garonne au niveau de l’année 2000 !».

Joint ce vendredi 29 septembre par La Dépêche, le directeur de l’agence Adour-Garonne, Guillaume Choisy, a reconnu que «l’effort de réduction d’effectifs demandé est important. D’autant plus qu’Adour-Garonne avait peu recruté ces dernières années. Mais on devrait du coup être plus épargné dans la répartition des efforts». Quand au volet financier, il confirme que l’agence devra «baisser les politiques d’intervention, certaines seront abandonnées. Il faudra faire des choix douloureux».

C’est pour toutes ces raisons que les sept présidents de comité de bassin, dont Martin Malvy pour Adour-Garonne, sont montés au créneau, dénonçant « une politique de l’eau en France sacrifiée sur l’autel des arbitrages budgétaires », rejoints dans la critique par l’association des maires de France et l’assemblée des départements de France. Le ministre mettra-t-il de l’eau dans son vin ? Rien n’est moins sûr.


 

29 septembre 2017

L'état pompe les budgets des agences de l'eau: le personnel se met en grève.

APRES LES AGENCES DE L’EAU, AU TOUR DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

D’ÊTRE PONCTIONNEES DE PARTIES IMPORTANTES DES DOTATIONS DE L’ETAT EN COMPENSATION DES COÛTS DES TRANSFERTS

DE COMPETENCES IMPOSEES PAR CE MÊME ETAT AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES

La CACE dénonce depuis plusieurs années les ponctions effectuées par l’Etat sur les provisions faites par les Agences de l’Eau pour financer les travaux et les aides qu’elles avaient budgétées pour réaliser leurs programmes pluriannuels.

Suite à ces ponctions, certaines de ces réalisations qui résultaient justement de certains des transferts de compétences déjà évoqués, devront être annulées. C’est gravissime d’autant que cela devient une habitude.

Mais il y a plus grave car on constate que ces pratiques s’étendent aux dotations de l’Etat aux collectivités territoriales (communes , intercommunalités, …) qui se voient amputées arbitrairement des capitaux promis en compensation des coûts des transferts de compétences correspondants imposées par l’Etat à ces collectivités. Voir pièce jointe.

Les Maires et Présidents de collectivité se révoltent. Il faut les soutenir et appuyer leur revendications car au-delà de ces ponctions arbitraires résultant d’un abus de pouvoir inacceptable, c’est notre argent de contribuables des impôts locaux qui nous est extorqué.

JL LINOSSIER CACE

C’est visiblement la goutte d’eau de trop. Celle qui a déclenché un mouvement de grève au sein de l’ensemble des agences de l’eau françaises, particulièrement suivi dans la région de l’agence Adour-Garonne, où l’on dénombrait un taux élevé de 78% de grévistes parmi les 250 salariés. En cause, les coupes dans le budget des agences de l’eau, annoncées par le ministre Nicolas Hulot.

Parmi les mesures prévues, une ponction des recettes qui pourrait attendre les 200 millions, et une mise à contribution des agences de l’eau pour financer le budget de la nouvelle agence française de la biodiversité, ainsi que de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Soit au total plus de 400 millions d’euros en moins, environ 20 % du budget total. Et surtout, la fin du grand principe qui prévalait jusque-là : l’eau paie l’eau, les agences étant financées par une taxe prélevée sur la facture d’eau des Français, elles-mêmes finançant les travaux en matière de gestion et de protection de l’eau sur leur territoire.

Pour le principal syndicat, le SNE-FSU, «une baisse significative des effectifs» est également annoncée, qui ramènerait «les effectifs 2018 de l’agence Adour-Garonne au niveau de l’année 2000 !».

Joint ce vendredi 29 septembre par La Dépêche, le directeur de l’agence Adour-Garonne, Guillaume Choisy, a reconnu que «l’effort de réduction d’effectifs demandé est important. D’autant plus qu’Adour-Garonne avait peu recruté ces dernières années. Mais on devrait du coup être plus épargné dans la répartition des efforts». Quand au volet financier, il confirme que l’agence devra «baisser les politiques d’intervention, certaines seront abandonnées. Il faudra faire des choix douloureux».

C’est pour toutes ces raisons que les sept présidents de comité de bassin, dont Martin Malvy pour Adour-Garonne, sont montés au créneau, dénonçant « une politique de l’eau en France sacrifiée sur l’autel des arbitrages budgétaires », rejoints dans la critique par l’association des maires de France et l’assemblée des départements de France. Le ministre mettra-t-il de l’eau dans son vin ? Rien n’est moins sûr.


 

Fermer Fermer

Publié le 03/10/2017 13:54   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  540875 visiteurs
  17 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 11 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
10 Abonnés